Blog

Comment utiliser les codes QR pour se conformer aux nouvelles règles de l'UE en matière d'étiquetage des vin

Partout dans le monde, les marques de vin sont confrontées à de nouvelles exigences en matière d'étiquetage pour les vins vendus dans l'Union Européenne à partir de 2023. Nous vous présentons les étapes clés de la mise en conformité à l'aide de codes QR et d'étiquettes numériques.

Comment utiliser les codes QR pour se conformer aux nouvelles règles de l’UE en matière d’étiquetage des vin

Les nouvelles règles d’étiquetage des vins de l’Union européenne stipulent que les vins et les vins aromatisés produits après le 8 décembre 2023 doivent divulguer les ingrédients, les informations nutritionnelles et plusieurs autres détails de manière à ce que les consommateurs puissent accéder facilement aux informations requises.

Cet article fournit un schéma directeur pour se conformer à la loi en utilisant des codes QR et des étiquettes numériques (e-labels). Il est basé sur notre travail avec des marques de vin, grandes et petites, comme Remy Cointreau, Schlumberger, Delicato, Continuum, et d’autres.

Telmont-EU-wine-label (1)

Les quatre étapes de la mise en œuvre d’une solution de code QR pour le vin de l’UE

Les producteurs de vin choisissent massivement d’utiliser les codes QR et les étiquettes numériques pour se conformer à la réglementation, et ce pour deux raisons essentielles :

Les producteurs de vin choisissent massivement d’utiliser les codes QR et les étiquettes numériques pour se conformer à la réglementation, et ce pour deux raisons essentielles :

Dans la suite de cet article, nous utiliserons le terme “solution d’étiquetage électronique” pour désigner toute solution logicielle permettant de créer des codes QR et les étiquettes numériques associées.

Les marques qui choisissent les codes QR pour se mettre en conformité doivent suivre les étapes suivantes pour se conformer à la nouvelle réglementation.

  1. Organiser les informations sur le vin dans une feuille de calcul ou une base de données.
  2. Introduire les informations relatives au vin dans le logiciel d’étiquetage électronique.
  3. Générez et téléchargez les codes QR pour les utiliser sur vos étiquettes imprimées.
  4. Concevoir et imprimer les étiquettes avec les codes QR à placer sur les produits vinicoles.

Le processus ci-dessus doit être répété chaque année pour les nouveaux vins produits au cours de l’année et destinés à la vente dans l’Union européenne.

Que faire si je suis pressé d’imprimer des étiquettes de vin avec des codes QR ?

Si votre cave est pressée d’imprimer des étiquettes, il est possible de commencer le processus de conformité en générant les codes QR, en les téléchargeant et en les imprimant sur le vin. Vous pourrez ensuite terminer le processus en reprenant les étapes 1 et 2 ci-dessus. Vérifiez que votre solution d’étiquetage électronique permet d’imprimer d’abord les codes QR et de créer ensuite les étiquettes numériques.

Ces quatre étapes sont toutes nécessaires pour assurer la conformité, quel que soit l’ordre dans lequel elles sont exécutées. Nous allons maintenant détailler chaque étape.

De nouvelles modifications ont été apportées au fil du temps et avant la date clé de mise en conformité du 8 décembre 2023, il est donc bon de garder à l’esprit que les orientations et le chemin exact vers la mise en conformité peuvent changer au fil du temps.

Étape 1 : Organiser les informations sur les produits

L’objectif de cette étape est d’organiser toutes les informations sur les produits viticoles que vous devrez saisir dans votre solution d’étiquetage logiciel (solution d’étiquetage électronique). Cela peut se faire dans une feuille de calcul ou une base de données. Les informations suivantes comprennent à la fois les informations recommandées (facultatives) et les informations obligatoires pour les étiquettes numériques de vin :

Informations sur le produit

Taille des portions

La loi exige que les informations nutritionnelles et énergétiques soient basées sur une portion de 100 ml. Vous pouvez également fournir des informations sur la base d’une autre portion. En général, les vins les plus populaires, rouges, blancs et rosés, sont servis en portions de 125 ml, 175 ml et 250 ml. En Europe, la portion standard dans les bars est de 125 ml, mais vous pouvez également indiquer des portions spécifiques à chaque pays. Outre la déclaration obligatoire de la portion de 100 ml, nous vous recommandons d’afficher également la portion standard, car cette information peut s’avérer plus utile pour les clients.

Date d’expiration

Pour les vins désalcoolisés dont le titre alcoométrique est inférieur à 10 %, vous devez fournir une date de durabilité minimale ou une date d’expiration. Cette date est mentionnée dans le règlement (UE) 2021/2117.

Ingrédients

Les ingrédients doivent être énumérés par ordre décroissant de poids sur l’étiquette électronique. Vous devez donc organiser vos informations de cette manière et comme indiqué à l’article 18 du règlement (UE) n° 1169/2011.

Les additifs doivent être classés par catégorie et si vos additifs varient d’un lot à l’autre, incluez les additifs même s’ils ne sont qu’éventuellement présents dans le produit.

Données nutritionnelles

Vous devrez préparer les données nutritionnelles suivantes pour chaque produit vinicole :

Votre solution de label électronique doit fournir une calculatrice pour l’énergie, mais vous pouvez la spécifier directement vous-même. Ces méthodes seront expliquées plus en détail dans la section suivante.

Allergènes et intolérances
Les allergènes et intolérances doivent être imprimés sur l’étiquette physique et, si vous utilisez une étiquette électronique ou une solution d’étiquetage numérique, ils doivent également y figurer. Voir l’article 21, paragraphe 1, point b), du règlement (UE) n° 1169/2011.

Questions courantes sur l’énergie, les ingrédients et les additifs

Comment calculer l’énergie ?

Selon le règlement, il existe deux méthodes acceptables de calcul de l’énergie :

Qu’est-ce qu’un ingrédient ? On entend par ingrédient “toute substance ou produit, y compris les arômes, les additifs et les enzymes alimentaires, ainsi que tout constituant d’un ingrédient composé, utilisé dans la fabrication ou la préparation d’une denrée alimentaire et toujours présent dans le produit fini, même sous une forme modifiée ; les résidus ne sont pas considérés comme des “ingrédients”” (article 2 de la directive (UE) n° 1169/2011).

Que se passe-t-il si l’un de vos fournisseurs vous propose des vins de base ou des ingrédients pré-mélangés que votre marque incorpore dans ses vins ? La tendance actuelle est que les viticulteurs obligent par contrat leurs fournisseurs de vins et/ou d’ingrédients en amont à fournir des informations sur les ingrédients et les additifs entrant dans la composition de leurs vins. Ils fusionnent ensuite ces informations avec les leurs pour créer une liste finale d’ingrédients et d’additifs pour chaque UGS.

Que se passe-t-il si vous mélangez des vins ou des millésimes plus anciens avec des ingrédients inconnus, comme c’est le cas pour les maisons de champagne qui proposent des produits non millésimés composés d’un mélange de millésimes plus anciens et plus récents ? La loi est encore en cours de finalisation, mais un projet de règlement qui devrait être adopté prochainement aborde cette question. Sur la base de ce projet de règlement, il est probable que la loi définitive sera rédigée de manière à permettre aux vins qui mélangent différents millésimes d’avoir simplement une liste exhaustive d’additifs et d’ingrédients.

Additifs et auxiliaires de fabrication

Lorsque vous organisez la liste des additifs pour chaque UGS, n’oubliez pas qu’ils doivent être déclarés avec leur catégorie sous la forme de Catégorie (Ingrédient 1, Ingrédient 2…). Selon un projet de règlement qui devrait être adopté très prochainement, il convient de présenter une liste exhaustive des régulateurs d’acidité et des agents stabilisateurs susceptibles d’être contenus dans le produit final. Les auxiliaires technologiques ne doivent pas être déclarés, sauf s’ils provoquent des allergies et des intolérances(article 20(b) du règlement (UE) 1169/2011). Par exemple, les levures et les bactéries sont des auxiliaires technologiques et ne doivent donc pas être déclarées.

Que faire si les additifs varient d’un lot à l’autre ? Pour une liste d’additifs spécifiés par la loi, il est acceptable d’indiquer simplement que le vin “peut contenir” et de fournir une liste exhaustive des additifs qui peuvent être présents.

Qu’en est-il des traductions ? Faut-il traduire le label électronique dans toutes les langues de l’Union européenne ?

La loi exige que les étiquettes électroniques soient disponibles dans la ou les langues utilisées sur les marchés où les produits sont vendus. Elle prévoit en outre que les États membres de l’Union européenne peuvent spécifier les langues dans lesquelles les étiquettes électroniques doivent être affichées, bien qu’aucun ne l’ait encore fait.

C’est pourquoi la plupart des marques internationales créent des versions traduites de leurs étiquettes électroniques dans les 24 langues de l’Union européenne, la langue affichée dépendant soit du pays où le code QR de l’étiquette électronique est scanné, soit de la langue du système de l’utilisateur.

En fonction de votre solution, vous devrez peut-être organiser les traductions des informations relatives à vos produits et à vos ingrédients au cours de cette étape. Les solutions plus avancées, avec traduction automatique et gestion des traductions, vous permettent de ne pas vous préoccuper de la préparation de ces informations maintenant, et de simplement réviser/polir les traductions plus tard.

Une fois que vous avez rassemblé les informations ci-dessus pour chacun de vos produits viticoles, vous pouvez passer à l’étape 2.

Étape 2 : Saisir les données relatives au produit vinicole (SKU) dans votre solution logicielle ; réviser les traductions

Trois options sont possibles :

  1. Saisie manuelle : Copiez et collez la feuille de calcul ou la base de données créée à l’étape 1 dans la solution logicielle. Cette méthode n’est pratique que si vous avez peu d’UGS ou, par exemple, quelques dizaines d’UGS.
  2. Téléchargement en masse : Il s’agit de télécharger un document tel qu’un fichier CSV, etc. vers votre solution d’étiquetage électronique. Cette opération est conseillée si vous avez quelques dizaines ou centaines d’UGS, et vous permettra de gagner un temps considérable dans votre processus. Elle permet également d’éviter les erreurs de saisie de données qui pourraient avoir une incidence sur votre conformité. Cette fonction doit être prise en charge par votre solution logicielle.
  3. Intégrations via des API : Cette solution est conseillée si vous avez quelques dizaines ou centaines d’UGS et si votre solution la prend en charge. Cette approche présente les mêmes avantages que le téléchargement en masse. Cette fonctionnalité doit être prise en charge par votre solution logicielle.

En fonction de votre solution, vous pouvez saisir les versions traduites des ingrédients et des informations sur les produits au cours de cette étape. Les solutions établies proposent des traductions approuvées pour les termes courants, une traduction automatique et une gestion des traductions, qui ne nécessiteraient qu’un polissage et une révision des traductions à ce stade.

Group-1431-1 (1)

Étape 3 – Télécharger les codes QR

Chaque produit vinicole (SKU) aura sa propre étiquette électronique et son propre code QR. Ainsi, si votre marque propose dix vins différents, avec dix étiquettes électroniques différentes, vous aurez dix codes QR différents. À moins que vous n’utilisiez des codes QR sérialisés et uniques pour des fonctionnalités avancées telles que la traçabilité de la chaîne d’approvisionnement, ce qui dépasse le cadre de cet article et n’est pas encore courant dans l’industrie du vin.

Une fois que vous avez conçu vos étiquettes électroniques, vous devriez être en mesure de générer et de télécharger les codes QR qui y renvoient.

Vos codes QR doivent être téléchargés dans un format utilisable par votre imprimante ou facilement intégrable dans votre processus d’impression.

download-QR-window (1)
Capture d’écran de la solution Scantrust e-label montrant les options de téléchargement du code QR

Étape 4 – Conception et impression des étiquettes

Vous êtes maintenant prêt à concevoir vos codes QR sur vos étiquettes. Gardez à l’esprit les meilleures pratiques et recommandations suivantes.

N’oubliez pas que si votre cave est pressée d’imprimer des étiquettes, vous pouvez commencer par générer les codes QR, les télécharger et les inclure dans la conception de vos étiquettes. Tant que vous contrôlez ces codes QR par l’intermédiaire de votre logiciel ou d’un autre système, vous pouvez revenir aux étapes ci-dessus ultérieurement.

Où le code QR doit-il être placé sur l’étiquette ?

La plupart des établissements vinicoles choisissent de placer le code QR sur la contre-étiquette afin de minimiser l’impact sur l’image de marque.

Que faut-il écrire sur ou dans le code QR ?

Plusieurs entreprises se sont préparées à imprimer, ou ont choisi d’imprimer, des codes QR avec un symbole “i” au centre du code QR pour représenter “obtenir plus d’informations”. D’autres ont ajouté la mention “Scan for info” ou “Scan for more info” et l’ont placée à côté du code QR. Ce dernier “appel à l’action”, accompagné d’une explication claire du contenu du site auquel le code QR permet d’accéder, satisfait aux dernières exigences réglementaires. Malheureusement, le symbole “i” n’est explicitement pas suffisant et a été jugé trop ambigu.

Il est important de tenir compte du fait que les codes QR peuvent être scannés sur d’autres marchés en dehors de l’Union européenne. Il est possible de donner la priorité à des informations différentes pour les consommateurs d’autres régions, par exemple la marque du produit ou de l’établissement vinicole, les caractéristiques de vérification de l’authenticité, etc.

Si vous décidez d’utiliser un “appel à l’action” à proximité du code QR, assurez-vous qu’il conviendra à toutes les régions et qu’il sera pertinent par rapport au contenu susceptible d’être proposé au consommateur.

scan-for-info (1)
Exemple d’impression de codes QR sur les étiquettes de vin à partir de 2023

Quelle taille doit avoir le code QR imprimé sur l’étiquette ?

Nous recommandons une taille minimale de 13 mm x 13 mm et une taille maximale de 16 mm x 16 mm pour le code QR, sans compter la zone de silence (voir ci-dessous). À l’extrémité inférieure de ce spectre (6 mm x 6 mm), le consommateur devra placer son appareil photo à quelques centimètres du code QR pour pouvoir le scanner. À l’extrémité supérieure, il devra être plus éloigné. Toutes les dimensions sont acceptables, mais nous recommandons une taille intermédiaire pour que les consommateurs n’aient pas de difficultés à scanner le code.

Tous les codes QR doivent comporter une zone “silencieuse”, c’est-à-dire une zone blanche autour du code QR. Nous recommandons de multiplier par quatre la taille des cellules individuelles du code QR – à titre de référence, cela représente 1,5 mm pour un code QR de 10 mm.

Vous devez vous assurer auprès de votre concepteur d’étiquettes et/ou de votre imprimeur que l’image du code QR que vous téléchargez à partir de votre solution d’étiquetage électronique peut être imprimée à 300 dpi ou plus à la taille souhaitée sur l’étiquette.

quiet (1)

What color should the QR code be?

We recommend a black QR code on a white background. Other dark colors on white or light background may be possible, but should be tested by scanning a print test with a standard QR code reader app. White on black background (inverted) can also work, but should be tested as it requires sufficient contrast.

QR-instructions
Notez le contraste élevé entre le code QR et l’arrière-plan.

Le code QR peut-il avoir une forme différente ?

Les codes QR ne peuvent avoir qu’une forme carrée. Il est néanmoins possible d’obtenir des effets créatifs en insérant des codes QR carrés dans des formes qui ne sont pas carrées, par exemple un carré pivoté, un diamant parallélogramme, etc. Dans ce cas, veillez à maintenir la zone de silence requise.

À quelle résolution le code QR doit-il être imprimé ?

Nous recommandons une résolution de 300 dpi ou plus pour éviter les problèmes de numérisation par les consommateurs.

Voilà, c’est fait ! Si vous avez suivi les étapes 1 à 4 décrites ci-dessus, vous pouvez apposer vos étiquettes de vin – avec les codes QR – sur les vins que vous souhaitez rendre conformes à la législation de l’Union européenne.

Autres questions et considérations à prendre en compte lors de la planification d’un projet de mise en conformité avec le label électronique

Est-il possible de changer de fournisseur d’étiquettes électroniques une fois que les codes QR de ce fournisseur ont déjà été imprimés sur les étiquettes apposées sur les vins ? Comment le verrouillage des fournisseurs fonctionne-t-il avec les étiquettes numériques de vin et les codes QR ?

Vos options dépendent de votre mise en œuvre.

Il existe trois approches :

  1. Utiliser un code QR statique qui ne peut pas être facilement modifié (NB : ne faites pas cela !)
  2. Utiliser un code QR dynamique avec une option de redirection future
  3. Utilisez votre domaine pour les codes QR, y compris la fonction de redirection dynamique.

Prenons un exemple impliquant deux fournisseurs de solutions d’étiquetage électronique, le fournisseur A et le fournisseur B. Vous commencez votre mise en œuvre avec le fournisseur A, vous générez des codes QR à l’aide de sa solution et vous imprimez ces codes sur vos étiquettes de vin. Au bout d’un an, vous n’êtes pas satisfait de leur service ou vous avez rencontré d’autres difficultés et vous souhaitez passer au fournisseur B.

Pour les nouveaux vins, vous pouvez simplement utiliser le fournisseur B pour générer les nouvelles étiquettes électroniques et les codes QR.

Cependant, pour les vins qui ont déjà des étiquettes imprimées avec les codes QR du fournisseur A, les codes QR que vous avez imprimés sur les étiquettes des vins contiennent le nom de domaine du site web du fournisseur A, et les clients qui scannent ces codes QR iront toujours sur un site web qu’ils contrôlent. Cette situation est loin d’être idéale.

Option 1 – Code QR statique

Cela signifie que vous utilisez une URL dans le code QR qui n’est pas censée être redirigée vers une nouvelle URL. Selon la personne qui contrôle le domaine et le serveur liés à l’URL du code QR, il peut être impossible de modifier l’URL. Vous êtes alors complètement bloqué. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles les codes QR statiques ne sont pas recommandés.

Option 2 – Redirection d’URL

Si le fournisseur A propose une redirection d’URL même après avoir mis fin à l’utilisation de son service de label électronique, chaque fois qu’un client scanne un code QR sur un vin comportant des codes QR du fournisseur A, il ouvre d’abord une page web hébergée par le fournisseur A, puis son navigateur le redirige vers le label électronique sur la plateforme du fournisseur B.

Certaines solutions, y compris celles soutenues par des associations, affirment qu’elles fourniront une redirection d’URL si vous vous adressez à elles. Mais même dans ce cas, vous les prenez au mot et leur demandez de vous fournir ce service technique, même payant, de manière fiable, tant que vos vins seront sur le marché.

C’est pourquoi il est essentiel de choisir un fournisseur de solutions qui soit une entreprise établie, avec des clients établis, et dont vous savez qu’il sera présent pendant que vos vins seront sur le marché.

Option 3 – Utilisez votre propre domaine dans les codes QR

Cela demande un peu de préparation et constitue une approche plus avancée. Dans ce scénario, la solution de label électronique utilise votre propre nom de domaine. Ainsi, si vous décidez de quitter le service et d’héberger les pages du label électronique ailleurs, vous ne serez pas du tout bloqué : vous contrôlez l’adresse du site web figurant dans le code QR.

Nous vous recommandons d’utiliser votre propre nom de domaine dans le code QR si vous vous inquiétez du verrouillage des fournisseurs ou si vous êtes une grande marque mondiale ayant des exigences spécifiques pour ce niveau de contrôle. Vous devriez envisager de demander à votre fournisseur de solutions de label électronique, dès le début du projet, ce qui est nécessaire pour utiliser votre propre nom de domaine pour les URL des codes QR.

Un code QR peut-il servir à plusieurs fins, y compris à l’étiquetage électronique ?

Votre label électronique peut comporter un lien direct vers votre site web, mais vous ne pouvez pas créer de lien vers des pages contenant des informations commerciales, telles que, mais sans s’y limiter, les pages suivantes :

Jusqu’à présent, l’autorité de régulation n’a pas donné de définition plus précise de ce qui constitue ou non des “informations commerciales”.

Quelles sont les fonctionnalités d’une solution d’étiquetage électronique généralement requises par une marque de vin internationale souhaitant se mettre en conformité ?

Les capacités techniques (caractéristiques) suivantes sont généralement exigées par les grandes marques de vin :

Vous voulez en savoir plus ?

Scantrust est heureux d’offrir sa technologie et son expertise pour éliminer les maux de tête liés à la mise en conformité avec les règles d’étiquetage des vins de l’Union européenne. Pour en savoir plus sur notre solution, inscrivez-vous à notre outil gratuit ou contactez-nous dès aujourd’hui pour en savoir plus sur nos options d’entreprise. Nous organisons également des séances d’information sur la réglementation européenne en matière d’étiquetage des vins et sur notre solution. Vous pouvez visionner l’enregistrement de l’une d’entre elles, qui a eu lieu le 4 mai 2021, en cliquant ici :